Sélectionner une page

Entre soleil et chagrin

A04 Historiette, Jeux protocoles A

Myriam

Il y a bien des années, dans un royaume nommé Bègles, vivait une grenouille. Elle était installée à l’entrée de l’avenue Salvador Allende dans une jolie maisonnette en pierre. Elle appréciait son quartier ainsi que ses voisins et n’aurait déménagé pour rien au monde. Cette bondissante demoiselle était très appréciée à la maison de quartier car elle donnait la météo avec entrain et bonne humeur. Avec elle point de pluie, ni d’orage, c’est un ciel sans nuages qui veillait doucement sur tous les habitants de sa rue. Cette rainette n’était pas ordinaire.
La couleur de sa peau, la lenteur de ses gestes, la douceur de sa voix, autant de signes qui laissaient présager de sa véritable nature. Car c’est un cœur de princesse qui animait le corps du petit batracien. Et si le ciel apparaissait si bleu à travers les yeux globuleux de la créature visqueuse c’est qu’elle se pâmait d’amour pour le fils du roi, qui habitait deux maisons plus loin que la sienne et donnait à l’avenue Salvador Allende un air de souveraineté apprécié de tout le quartier . Un voisin de choix, certes, et un jeune homme élégant mais à qui, malheureusement, le titre de prince donnait l’air arrogant. La petite grenouille le croisait souvent sur le trottoir en rentrant chez elle et brûlait de lui déclarer sa flamme. Mais le jeune homme ne la saluait pas, il ne la voyait même pas, trop occupé à parader devant les belles jouvencelles de son avenue préférée. C’était une petite chose bien trop insignifiante et repoussante pour le grand prince qu’il était.

Pendant ce temps, la grenouille délaissée dépérissait, seule, retranchée au fond de sa maisonnette. Elle ne supportait plus de voir le bellâtre promener son air hautain devant chez elle. Son ciel, jusqu’ici d’un bleu royal, s’assombrissait de jour en jour. Il lui venait des envies de meurtre et un goût amer lui emplissait la bouche. Elle se sentait sale, noire et avide de sang, comme les centaines de sangsues qui infestaient la piscine laissée à l’abandon de son voisin d’en face. Mais ces vils desseins n’étaient dangereux que pour elle-même car la pauvre rainette n’avait pas la moindre méchanceté en elle. Elle était condamnée à combattre en silence les noirs sentiments qui l’assaillaient.

Et le temps a passé.

Il pleut très souvent sur Bègles. Le prince est aujourd’hui marié à une bimbo prétentieuse. Il est obèse et passe son temps à se goinfrer de chocolat pour supporter les crises de nerfs incessantes de sa femme aux allures de starlette. Quant à la gentille grenouille, elle ne donne plus la météo, elle ne parle plus à personne et vit recluse dans sa maison à l’entrée de l’avenue Salvador Allende, qu’elle n’a jamais réussi à quitter. Cette rue c’est toute son histoire qu’elle raconte. Elle survie, péniblement, et assiste une fois par mois, aux réunions des alcooliques anonymes données dans la maison de quartier où elle faisait rayonner le beau temps autrefois. Et tout ça à cause d’un baiser qui n’a pas été donné…

Alors je vous en prie. Si vous avez un peu de cœur, si vous n’aimez pas les histoires d’amour qui finissent mal en général, la prochaine fois que vous croisez une grenouille en vous promenant dans votre rue, embrassez-la ! Et tant que vous y êtes, embrassez tous vos voisins aussi, qui sait, peut-être réveillerez-vous le prince ou la princesse qui sommeillent en eux… ou en vous.

Autres jeux protocoles de la même série :

Les copistes de l’école Marcel Sembat

Les copistes de l’école Marcel Sembat

Parallèlement aux rencontres proposées par La Caraverne à la Bibliothèque municipale de Bègles et à la galerie 1000m2 du 6 au 9 octobre 2021, des élèves de l'école élémentaire Marcel Sembat ont pu expérimenter des protocoles du jeu Mon voisin est un artiste. Devant le...

Share This